Habitude Mieux Vivre
Créer des habitudes vertueuses pour une meilleure vie pro et perso 

Comment gérer ses notifications pour garder l’esprit clair

Il y a quelques années, j’avais rédigé un article qui détaillait l’organisation de mon iPhone. Il reste à ce jour mon article le plus lu ! L’approche était avant-gardiste, puisque j’avais toutes mes applications dans un seul dossier. D’une manière similaire à ce qu’Apple propose maintenant ! Mais ce n’était pas le seul élément de mon approche, un des éléments les plus importants était l’organisation de mes notifications. C’est de cela qu’on va parler dans cet article.

Comment gérer ses notifications pour garder l’esprit clair

Pourquoi les notifications peuvent ruiner votre vie

Les entreprises de la tech l’ont bien compris, la bataille du 21e siècle sera celle de notre attention. Comme l’explique Cal Newport dans « Digital Minimalism » (traduit en français par : « Réussir [sa vie] grâce au minimalisme digital ») au plus de temps nous passons sur leurs appareils ou sur leurs applications, au plus ils peuvent monétiser notre attention et notre esprit. Ils ont donc développé des stratégies et des produits ingéniérés pour garder notre attention le plus longtemps possible.

Quelles sortes de stratégie sont à l’œuvre pour vous contrôler ?

En voici deux pour l’exemple :

Le besoin de reconnaissance sociale

Les humains ont besoin d’être reconnus par leurs pairs. Aujourd’hui, c’est devenu banal dans notre utilisation quotidienne des réseaux sociaux, mais le fameux « like » ou « ❤️ » que l’on chasse lors de nos publications est devenu incontournable. Cette stratégie est très efficace pour nous encourager à poster encore et encore.

Photo par Prateek Katyal

Le renforcement positif intermittent

C’est là où on peut faire le lien avec cet article. Le renforcement positif intermittent, ce sont vos fameuses notifications. Vous recevez des récompenses de manière plus ou moins aléatoire vous invitant à réutiliser une app en particulier.

Une nouvelle vidéo, un nouveau post, un nouveau TikTok… Tout est bon pour vous envoyer une notification ! Elle génère une sorte de récompense dans notre cerveau, et nous pousse à retourner encore et encore sur nos réseaux sociaux préférés les plus addictifs.

Les conséquences des notifications sur votre cerveau

L’abus des nouvelles technologies peut avoir des effets très négatifs. Mais avant tout, la manière dont ils sont conçus aujourd’hui nous retire la responsabilité de quand, où, et combien de temps nous utilisons nos appareils. Les notifications sont devenues la drogue la plus répandue du 21e siècle ! N’avez-vous jamais sorti votre téléphone de votre poche pour regarder une notification « fantôme » ?

Les pics de dopamine

L’impact malsain, c’est qu’il nous habitude à des pics de dopamines de faible valeur, qui lorsqu’ils sont absents nous précipitent dans la déprime, voir la dépression. C’est une des raisons pour laquelle j’ai tenté un défi : 30 jours sans réseaux sociaux ! Les résultats ne se sont pas fait attendre, mon humeur et ma santé mentale se sont clairement améliorées. Et pourtant, j’avais déjà désactivé les notifications pour tous les réseaux sociaux !

Dans « The willpower instinct » (traduit en français par « l’instinct de volonté »), la psychologue Kelly McGonigal explique que c’est le désir de la récompense, et non son expérience, qui cause le comportement. La dopamine en est la cause. C’est la raison pour laquelle nous faisons glisser inlassablement les vidéos vers le bas sur TikTok, en attendez d’en trouver une qui nous fera rire, ou nous touchera.

Photo par Super Snappere

Une perte de temps incroyable

Pour se rendre compte de l’impact de ces activités sur notre vie, il suffit d’activer la fonction « temps d’écran » d’iOS, et de se rendre compte avec effroi du nombre d’heures que l’on perd à consommer du contenu qui ne nous approche rien de positif ! D’ailleurs, on a également la possibilité de découvrir le nombre de notifications que l’on reçoit, ainsi que le nombre de fois où on a « activé » (c’est-à-dire utilisé) une app…

Si vous n’aviez jamais consulté ces statistiques, elles vont très clairement vous surprendre. À titre de comparaison, voici les miennes pour une journée typique de travail, sachant que ces chiffres concernent les statistiques de mon Mac, iPad et iPhone réunis.

Quelles solutions pour gérer ses notifications ?

La plupart des gens qui se penchent sur le problème proposent de supprimer purement et simplement les notifications. C’est une solution temporaire, qui manque de discernement. Selon moi, il faut penser à un système complet et personnalisé pour venir complémenter cette mesure.

L’approche du « minimalisme digital » prôné par Cal Newport dans son livre éponyme pourra vous aider à déterminer vos valeurs, quelles sont vos priorités, et quels sont les outils numériques qui peuvent vous permettre d’atteindre vos objectifs. Vous pourrez ainsi maximiser le bénéfice que vos appareils peuvent vous apporter tout en minimisant le mal et la distraction qu’ils peuvent causer.

Quant au vide que vous allez créer, pensez à le remplir sainement ! Bien que mentionné dans le livre de Cal Newport, le livre « Minimalisme » de Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus approfondit largement le sujet. Il sera d’ailleurs bientôt chroniqué ici !

Comment développer de nouvelles habitudes pour mieux gérer ses notifications ?

Comme l’auteur à succès James Clear le mentionne dans « Atomic Habits » dont vous pouvez lire le résumé en français ici, un comportement isolé ne change pas grand-chose dans votre vie. Mais si vous le répétez encore et encore, ce même comportement finit par avoir un impact massif sur votre vie. Une piste serait donc de remplacer la consommation quotidienne de contenus par une habitude saine.

Exemple personnel : si vous remplaciez les 30 minutes de scrolling inutile sur Twitter, Instagram, Facebook, TikTok et YouTube tous les matins par 30 minutes d’apprentissage du portugais pendant un an, vous pourriez enfin comprendre et répondre à vos cousins brésiliens lorsqu’ils s’adressent à vous en portugais !

Cependant, avant de changer un comportement non désiré, il est important d’en identifier la cause. Est-ce que le déclencheur est une notification ? Supprimez-la. Est-ce que c’est juste une habitude ? Remplacez-la par une autre, et récompensez-vous pour ça.

Dans « Le pouvoir des habitudes », Charles Duhigg explique également que le changement d’une habitude peut provoquer une réaction en chaîne qui vous encourage à en changer d’autres. Par exemple : m’intéresser à une meilleure organisation de mon téléphone m’a mené vers le minimalisme digital, qui a amélioré énormément ma qualité de vie.

Mark Manson mentionne dans « L’art subtil de s’en foutre » que s’attacher à une identité particulière vous empêche d’évoluer. Nombreux sont ceux qui évitent des changements qui pourraient améliorer leurs vies simplement, car cela challenge leurs identités, et les poussent en dehors de leurs zones de confort. Ne faites pas partie de ceux qui refusent le changement. Prenez ce qui vous plaît dans cet article, et appliquez-le à votre quotidien !

Photographie par Brett Jordan

Mon approche de gestion des notifications

Vous l’avez donc compris, la gestion des notifications reprise en dehors du reste de mon système est incomplète et donc inefficace. Je vous le partage en tant que source d’inspiration, pour complémenter votre système. Notez également que je possède un iPhone, et donc la gestion des modes de concentration, qui aura son utilité dans mon approche. Cependant, il est possible d’appliquer la plupart des éléments de ma réflexion à Android également. Voici comment appliquer ma méthode.

Première étape : nettoyer

Je ne suis pas partisan du « 0 notification » ainsi que du mode « ne pas déranger » activé en permanence que certaines approches mettent en avant. L’arrivée des modes de concentration sur iOS15 permet d’avoir un peu plus de nuance, et c’est tant mieux !

Certaines notifications permettent une meilleure organisation, ou une interaction plus limitée avec son iPhone. Donc, mon approche est de supprimer un maximum de notifications, tout en limitant au maximum la présence de celles qui sont autorisées.

Avant toute chose, je me pose cette question :

Quelles notifications j’autorise et surtout : pourquoi ?

Si l’information n’est pas capitale, elle n’a pas sa place. Si elle n’a aucune raison de m’interrompre, elle ne doit pas le faire. Pour ce qui est de la question de comment définir les priorités, ce sont des préférences personnelles. Sachez cependant que la majorité de vos apps ne devraient en théorie jamais vous envoyer de notifications.

Deuxième étape : filtrer

Ensuite, je désactive les pastilles sur l’intégralité des apps restantes. Elles sont anxiogènes, mais aussi totalement inutiles. Par exemple, je n’ai pas besoin de savoir que j’ai 300 emails non lus tant que je ne suis pas dans l’application, en train de les gérer.

Ensuite, l’immense majorité des autres notifications que je reçois sont distribuées silencieusement. C’est-à-dire qu’elles ne déclenchent pas de son, ou de vibrations lorsque je les reçois.

Exception à mon système : mon gestionnaire de mot de passe qui est prioritaire,
Notion est un exemple typique des quelques notifications qui sont relativement invisibles,
enfin les « rappels » font office de cas particulier puisque les sons sont activés.

Enfin, certaines notifications seront limitées à mon « centre de notification ». C’est-à-dire qu’elles n’apparaissent pas sur l’écran verrouillé, ou en bannière. De cette manière je ne suis pas interrompu, et je ne la regarderai que lorsque je le souhaite. Je travaille de cette manière avec, par exemple, toutes les messageries, y compris les SMS. Encore une fois, c’est moi qui choisis lorsque je les consulte, et je ne suis pas interrompu. De cette manière, c’est moi qui détermine lorsque j’utilise mon iPhone et les apps qui s’y trouvent, et surtout pas l’inverse. Mais il est possible de faire encore mieux que ça

Troisième étape : consulter à ma guise

Je peux déterminer un moment où je reçoit un résumé certaines notifications. Elles sont invisible le reste du temps. J’ai donc choisi de recevoir un résumé à :

  • 8h00
  • 12h00
  • 17h00
  • 21h00

C’est à dire à des moments où je peux les consulter et les traiter sans être dérangé.

Exemple typique de la majorité de mes notifications restantes : tout arrive en résumé !

Il faut cependant noter que les appels sont quand même visible au moment de la sonnerie (si le mode de concentration ne l’interdit pas), et que sur iMessage les utilisateurs ont la possibilité d’envoyer un « message urgent » qui passera au delà du filtre.

Quatrième étape : contextualiser

Grâce à l’arrivée des modes de concentration, je peux désormais déterminer des contextes dans lesquels je désire recevoir certaines notifications et pas d’autres.

Par exemple, j’ai un mode de concentration spécifique qui n’autorise rien sauf les messages d’une seule personne : ArianeDeca (ma compagne). Il s’active automatiquement lorsque j’utilise l’app Notion, ou Spark qui est mon choix de client mail. De cette manière je ne suis jamais dérangé lorsque je fais des tâches qui nécessitent mon attention complète.

J’ai également défini un mode de concentration spécifique pour ma journée de travail, il s’active automatiquement :

  • Entre 8 h 30 et 12 h
  • Entre 13 h 30 et 16 h 30.

Pendant ce temps, je ne reçois aucune notification visible d’appel. Si j’ai un appel professionnel à recevoir ou à passer, il est planifié à une heure précise. Je n’ai donc pas besoin d’être dérangé par une notification d’appel.

Pendant ma pause de midi, j’ai le même mode de concentration que lorsque je termine ma journée (avant 20 h), c’est-à-dire un mode « perso » où je n’autorise que les notifications d’appels de ma famille et de mes amis les plus proches. C’est également le moment où je consulte généralement mes notifications en résumé.

Conclusion

Vous avez ici une partie du fonctionnement de mon système. Il peut donc paraître incomplet ou ne pas vous convenir, et c’est normal.

Premièrement parce qu’il vous manque certains éléments de compréhension, comme la manière dont je gère mes emails (article à venir), ou une explication détaillée de l’utilisation des modes de concentration par exemple.

Deuxièmement, parce qu’un système d’organisation est personnel. Il n’existe pas un système universel qui convient à tout le monde. Cependant, je vous encourage à vous inspirer de mon système et de sélectionner les éléments qui vous plaisent. Intégrez-les dans votre propre système et testez-les !

Si vous n’avez pas encore de système et que vous ne savez pas par où commencer… Je vous propose de vous inscrire à ma newsletter, car j’ai quelque chose pour vous qui arrivera bientôt !

Table des matières

6 réponses

  1. Super article, merci ! Je ne suis pas sur iPhone, donc ce n’est pas complètement adaptable pour moi. Voilà ce que j’ai mis en place depuis quelques temps : je ne reçois que les appels et messages, et je consulte mes emails 3 fois par jour. Tout le reste est désactivé et ça me convient bien ! Bien sûr, cela ne m’empêche pas de consulter les réseaux sociaux encore beaucoup trop à mon goût, mais ça limite quand même !

    1. N’y a-t-il pas un moyen de bloquer le nombre de minutes que l’on passe sur chaque app sur Android ? C’est un outil que j’utilise beaucoup dans l’environnement Apple. J’ai instauré une limite de 15 minutes pour toutes les apps de réseaux sociaux et divertissement (Twitter, Facebook, Instagram, YouTube, …), et à chaque fois que je veux utiliser une app, je l’autorise pendant 15 minutes maximum.

      Ca demande un peu de discipline, mais ca permet de se rendre compte que l’on tombe dans « le trou noir » de la procrastination quand on passe trop de temps sur ces applis 😉

    1. Olivier Roland est effectivement une grande inspiration dans mon travail (après tout, je suis élève Blogueur Pro 😉), mais pour le coup la démarche est née bien avant ! Je crois que j’ai été dans les premiers à avoir un smartphone, et à réaliser les problèmes que ça pouvait générer car j’ai des troubles de l’attention. Ca renforce les soucis déclenchés par ces notifications.

      Elles avaient ce pouvoir de m’interrompre dans ce que je faisait et littéralement m’hypnotiser. J’ai donc dû trouver une solution très rapidement !

      La méthode que je décrit dans cet article est la plus récente car l’outil ne cesse d’évoluer, mais la démarche date elle de 2015 je dirais.

Laisser un commentaire

Je vous en remet un ?

Rejoindre ma Newsletter

Découvrez mes méthodes de travail, mes sources et mes inspirations dans un condensé de mes découvertes de la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :